terça-feira, 16 de maio de 2017

Une œuvre «artificielle» qui fait polémique


La commande, par le gouvernement, d’une œuvre musicale composée par une intelligence artificielle dans le cadre de la célébration de la Fête nationale ne passe pas auprès de la Fédération luxembourgeoise des auteurs et compositeurs (Flac).
 




Écrit par Jean-Michel Hennebert
 
Qualifiée vendredi dernier de «folie», «d’affront» et de «claque en plein visage de tous les créateurs et créatrices dans tous les domaines artistiques» par la Flac, la commande par le gouvernement d’une œuvre musicale pour les célébrations du 23 juin agite le milieu artistique. Car pour les artistes luxembourgeois, cette démarche, voulue dans le cadre de la promotion de la start-up nation, ne peut aboutir qu’à une dévalorisation des festivités dans lesquelles prendraient place «des sociétés uniquement domiciliées au Luxembourg pour les raisons habituelles». «Nous pensons que la Fête nationale mérite, pour la musique comme pour tout, une plus-value artistique et non technologique, une musique authentique, sincère et non un produit reproductible à l’infini pour toute occasion possible et imaginable.»
Reprise lundi par une question parlementaire urgente de la députée Octavie Modert (CSV), ancienne ministre de la Culture, cette question a fait l’objet d’une mise au point de l’actuel locataire officiel de l’Hôtel des Terres rouges. Dans sa réponse, Xavier Bettel (DP) indique que la représentation musicale de cette œuvre «est prévue dans l’avant-programme de la cérémonie à l’occasion de la Fête nationale à la Philharmonie» et donc qu’elle s’intégrera parmi des œuvres créées «par des humains». Défendant la start-up Avia «reconnue officiellement comme compositeur par la Sacem», le ministre de la Culture estime qu’«il ne s’agit en aucun cas de remplacer la création artistique par une création virtuelle».

Vainqueur du Pitch Your Startup 2017

Même si la Flac assure que «les compositeurs luxembourgeois ne veulent pas ignorer ou se barricader contre les dernières avancées en matière de création musicale», l’introduction dans le programme officiel du 23 juin d’une telle œuvre leur pose problème. Une crainte à laquelle Xavier Bettel répond en assurant que «le Luxembourg est un pays de la création artistique et en même temps un pays innovateur et une référence mondiale au niveau des nouvelles technologies, et il est clair que ces deux caractéristiques peuvent parfaitement coexister».
Pour mémoire, Avia a remporté début mai la troisième édition du concours Pitch Your Startup, destiné à mettre en avant de nouvelles start-up. La société, créée en février 2016 par Pierre Barreau, analyse et compose de la musique classique sur base d’œuvres existantes. Des créations regroupées au sein d'un premier album, baptisé Genesis.






[Photo: Julien Becker/archives - source : www.paperjam.lu]

Nenhum comentário:

Postar um comentário