quinta-feira, 30 de março de 2017

Selon le New York Times, il n’y a pas de juifs à Brooklyn

Après ce qui fut ni plus ni moins qu’un pogrom en bonne et due forme à Crown Heights – Brooklyn en 1991, le New York Times continue sa dé-judadïsation de quartiers pourtant mythiques de New York.
Peu de gens savent que pour vivre en paix et sans faire l’objet d’un quelconque apartheid, les noirs collaient les résidents juifs de New York.
Ce fut le cas pour Harlem : d’abord juive puis par expansion pure et simple quartier devenu presque uniquement afro-américain avec quelques zones pour les latinos.
Idem pour le Bronx : juif, ce quartier vit successivement des ensembles gagnés par les afro-américains qui s’entendaient bien avec les juifs puis…trouvaient sans doute un peu gênant ces juifs trop blancs, trop petits-bourgeois.
Brooklyn est en train de devenir le dernier bastion où près de 24 000 juifs encore et souvent autour de la communauté Beth Loubavitch et de sa célèbre synagogue sur Eastern Parkway.
Or, après ce pogrom en règle dont vous trouverez les détails ici :
Vous aurez sans doute un autre point de vue sur ces « pauvres » afro-américains et latinos qui n’hésitèrent pas à tuer des juifs et à casser tout ce qui représentait la communauté juive.
Aujourd »hui, et en « UNE » de son canard plus boiteux que jamais, le New York Times annonce l’excellente nouvelle d’un nouveau quartier pour les défavorisés, les sans-abris et les migrants qui veulent devenir citoyens de la ville de New York.
De Blasio, l’actuel maire gauchiste de la grosse pomme et sa femme afro-américaine ne sortant que pour conspuer l’État d’Israël car elle se « reconnait dans la lutte palestinienne », vient encore de frapper fort en incrustant des minorités qui deviendront vite de grosses majorités et faire partir les juifs qui restent dans ce quartier mythique de New York.
Le pire dans cette affaire, c’est que le New York Times ne fait JAMAIS MENTION DES JUIFS en évoquant les populations hétéroclites de Brooklyn.
Pour le Times : LES JUIFS N’EXISTENT MÊME PAS !
Pire encore, le New York Times, appelle les « autres » sans les mentionner bien sûr : LES INTRUS (interlopers dans le texte).
Cela pourrait très bien s’apparenter à du révisionnisme et il semblerait que ce journal a tant d’influence que toutes les grosses huiles d’Hollywood qui ont pourtant grandi à Brooklyn n’iront pas tenter de sauver leur quartier ni même tout ce qu’il leur ont apporté de riche, de culturel et d’un certain confort juif.
Pas une seule mention de « juifs » sur l’histoire de Brooklyn rapportée dans le Times ? C’est tout bonnement du négationnisme. Certains écrivaillons sans doute enthousiastes par l’éradication des juifs de New York, iront sans doute répondre à quelques lecteurs étonnés que seule les « majorités nouvelles » comptent.
Nous passerons (nous sommes déjà passés) par ce type de renoncement. Mais qui aurait pensé qu’un jour New York dégueulerait ses juifs au point de ne même plus mentionner leurs existences, leur participation à la grandeur de cette ville incroyable ?
Épurer ses quartiers des juifs ? Nous connaissons cela en France puisque l’Alya intérieure n’a jamais été si importante depuis l’importation des califats.
Concernant Brooklyn, je doute que les afro-américains et les migrants arabo-musulmans ainsi que les latinos auront beaucoup à partager mais de cela…nous n’avons cure ! Qu’ils se débrouillent à coups de flingues, personnellement depuis 1991, j’ai Brooklyn en horreur !
Nina


[Source : www.jssnews.com]

Nenhum comentário:

Postar um comentário