quarta-feira, 24 de maio de 2017

Balma. Ils sèment la confusion sexuelle dans leurs vignes !


Écrit par Emmanuel Haillot 

Quel rapport peut-il y avoir entre le bon vin et le fait de… mourir d'amour ? Si l'on exclut, bien entendu, le coma éthylique après une déception dont on ne se relève pas, a priori aucun. Dans le Frontonnais, la réponse est à chercher entre les vignes. Et plus précisément, sur les ceps de nombreux châteaux où, depuis quelques jours, d'étranges bracelets couleurs lie-de-vin ont fait leur apparition. Ces ornements sont en fait de vrais pièges mortels basés sur une technique qui peut apparaître un peu sadique mais qui fait son effet : la confusion sexuelle! Voyant déjà les sourires pointer, il est bon de préciser que l'offensive est uniquement utilisée en direction d'un minuscule insecte ravageur, l'eudemis de la vigne. Également connu sous le nom de vers de grappe, ce lépidoptère est un fléau pour les grappes. Lorsque ces papillons batifolent, ils donnent naissance à une petite chenille qui attaque les boutons floraux dès le printemps. Il existe, bien entendu, des insecticides efficaces contre cela mais à Fronton, c'est une autre piste que l'on a suivie, basée sur la diffusion de phéromones qui sèment une confusion in fine mortelle. Au Château Laurou, Guy Salmona, converti en bio depuis plusieurs années, a également été un précurseur de cette méthode qu'il n'abandonnerait pour rien au monde : «Cette technique n'est pas très récente. Il y a peu, elle n'était utilisée qu'en Champagne en raison de son coût. Aujourd'hui, les prix ont baissé. C'est la plus efficace et la plus proche de la nature, même si elle peut apparaître un peu étrange. Le principe est en effet de diffuser des phéromones qui stimulent le mâle en pleine période de reproduction. Contrairement à la vraie femelle, le spectre de diffusion ici est plus large et, pour simplifier, le reproducteur ne sait plus où donner de la tête. Il finit par s'épuiser et ne se reproduit pas». 

180 jours de diffusion 

Il faut en moyenne une heure et demie de travail par hectare pour installer ces pièges. Mais au final, selon les adeptes, la quantité de raisin est augmentée et la qualité aussi. C'est ce que confirme également Alain Escarguel, œnologue au conseil départemental de Haute-Garonne : «les installations se font au printemps. Mais contrairement à l'aspect ponctuel du pesticide, les phéromones se diffusent en permanence durant 180 jours. Cela réduit quasiment à néant les risques et permet dès la floraison une optimisation de la qualité. On prévient plutôt qu'on ne soigne. J'ai effectué des tests in situ qui ont été probants à 100 %. Aujourd'hui, le conseil départemental participe à hauteur de 50 € par hectares pour le traitement». 

Selon ce professionnel, 40 % du vignoble aurait déjà été séduit par cette technique. Ce qui représente environ 800 hectares ainsi traités. Ce chiffre devrait grandir de façon significative dans les prochaines années. Car, à ce jour, cette technique ne présente aucun risque hormis pour les petits papillons. Et, rassurant, elle est inoffensive pour l'homme… 

À Vacquiers, c'est à l'unanimité 

À Vacquiers, c'est à l'unanimité que tous les vignerons sans exception sont unis autour de cette technique. Une unité qui date... de la révolution! Car la prise de la Bastille n'eut pas pour seul effet la suppression de l'Ancien Régime mais aussi la redistribution des terres royales à la population sous une forme des plus égalitaires. L'œnologue Alain Escarguel connaît bien cette histoire : «28 ares de terres ont été redistribués à chaque habitant du village, ce dont témoigne encore le cadastre avec une mosaïque de propriétaires. Cette configuration donne un aspect très singulier au vignoble de Vacquiers. Usuellement, les terres sont autour de la propriété dans une recherche de continuité. A Vacquiers rien de tel. On passe d'un propriétaire à un autre en quelques mètres! Ainsi pour la réussite de la mise en place d'un biocontrôle tel que la confusion sexuelle, c'était tout le monde ou personne. Le bel esprit de partage, né de la révolution et entretenu par les vignerons a permis cette unanimité.»


[Source :  www.ladepeche.fr]

Nenhum comentário:

Postar um comentário