sábado, 4 de março de 2017

Tous les psychanalystes devraient lire Spinoza !

La philosophie de Spinoza comme la psychanalyse relèvent d’une éthique du désir, concept clé pour l’une et pour l’autre. Elles se rejoignent dans la thèse que l’homme n’est pas "causa sui", autrement dit, il méconnait ce qui cause son désir…



“Être psychanalyste, c'est simplement ouvrir les yeux sur cette évidence qu'il n'y a rien de plus cafouilleux que la réalité humaine.” Jacques Lacan



Ainsi, une éthique du désir implique une pensée déterministe : ce qui détermine structurellement le sujet est inconnu par le désir. C’est dire que la saisie de soi d’un sujet en passe nécessairement par ce que Lacan nomme "s’égaler à la structure".

Pour comprendre la causalité psychique et l’intemporalité de l’inconscient, il faut alors réactiver un autre modèle de causalité. Par la notion de "Nachträglichkeit", Freud a essayé d’élaborer une notion de temporalité qui soit adéquate à la causalité psychique. Pour éclaircir la nature de cette causalité psychique, il est indispensable de se référer à l’interprétation que les philosophes du processus, notamment Bergson et Whitehead, ont donné de la notion de causa sui. Dans les deux cas, une comparaison avec Spinoza s’avère décisive. Au final, l’adéquation à la structure, qui définit la joie selon Spinoza, n’est peut-être pas si éloignée de la familiarité qui acquiert l’analysant avec ce qui le détermine, et qui lui permet aussi de transformer ses jouissances. Est-il donc pertinent de parler de "joie" pour marquer la fin du parcours analytique? Y-a-t il une confluence entre la joie, comme augmentation de la puissance d’exister, et le desêtre? Et quel rapport entre l’Amor intellectualis Dei, troisième genre de connaissance, et la fin de l’analyse ?

Une conférence enregistrée en 2016.

Rocco Ronchi, professeur de philosophie théorétique à l’Université de l’Aquila, chargé de cours et de séminaires dans différentes universités italiennes et étrangères, professeur de philosophie auprès de l’IRPA (Institut de Recherche en Psychanalyse Appliquée) de Milan, il dirige la collection "Filosofia al presente" (Textus, L’Aquila).



[Photo : selimaksan - Getty - source : www.franceculture.fr]

Nenhum comentário:

Postar um comentário