quinta-feira, 12 de julho de 2018

Homosexualité et FN : Octave Nitkowski remporte une victoire définitive

Blogueur politique, Octave Nitkowski  avait publié en 2013 un ouvrage évoquant l’homosexualité, par le prisme du Front national. Le parti avait immédiatement déposé un référé pour en interdire la vente. Et depuis, le bras de fer juridique allait et venait. Avec une heureuse conclusion pour l’auteur.



Écrit par Cécile Mazin

Dans on ouvrage, Octave Nitkowski dévoilait l’homosexualité de deux responsables du parti : ce coming-out n’avait pas été du goût de tout le monde. Le Front National s’opposait alors à la publication de l’essai de ce jeune Français.

Pour l’éditeur Luc Jacob-Duvernet, interrogé en 2013 : « En tout état de cause, dans la mesure où l’orientation sexuelle de deux personnalités parmi les plus influentes du Front National n’a pas été sans lien sur les prises de position du parti, dans le cadre du débat sur le mariage pour tous, l’évocation de cet élément de la vie privée est en soi légitime. »

Victorieux en première instance, il fut condamné en appel le 31 mai 2017, il devait verser 4000 € de dommages-intérêts et couvrir les 3000 € de frais de justice. En effet, le tribunal statuait que la mention de l’homosexualité du vice-président du FN n’était pas « justifiée par l’intérêt légitime du public d’être informé sur l’évolution du parti politique auquel il appartient ni proportionnée à la gravité de l’atteinte portée à la sphère la plus intime de sa vie privée ».

En cassation, l’auteur a finalement obtenu gain de cause, définitivement. La cour revient ainsi sur les arguments développés en première instance, et par lesquels l’auteur s’en était sorti. La cour retient ainsi que « le fait d’exercer une fonction publique ou de prétendre à un rôle politique expose nécessairement à l’attention du public, y compris dans des domaines relevant de la vie privée ».

L’attaque portée par M. Briolis, au cœur de l’ouvrage et alors secrétaire générale du FN, contre Le Front national des villes et le Front national des champs, prend donc fin. 

Heureusement pour Octave Nitkowski. La cour lui reconnaît en effet que le débat posé sur « l’influence que pourrait exercer, à ce titre, l’orientation sexuelle de plusieurs de ses membres dirigeants [du FN, NdR], relevait d’un débat d’intérêt général ». Or, « l’évocation de l’homosexualité du secrétaire général du Front national figurait dans un ouvrage d’intérêt général “dès lors qu’il se rapporte à l’évolution d’un parti politique qui a montré des signes d’ouverture à l’égard des homosexuels à l’occasion de l’adoption de la loi relative au mariage des personnes de même sexe” », pointe la cour.

Souvent présenté comme homophobe, le FN avait suscité les interrogations de l’auteur, sur l’évolution de sa doctrine. Ainsi, « le droit au respect de la vie privée cède devant les nécessités de la liberté d’expression lorsque la diffusion des informations ou des images est légitime au regard de ces nécessités ».


[Source : www.actualitte.com]

Nenhum comentário:

Postar um comentário