quinta-feira, 6 de julho de 2017

Expression « Perdre son latin »

Ne plus rien comprendre à quelque chose.
Origine
Cette expression, dont le sens actuel date du XXe siècle, a eu diverses formes et significations.


Le latin était la langue du Latium (ou Lazio, en italien), cette région d'Italie où se trouve Rome.
À une lointaine époque, dans ce qui allait devenir notre pays, le latin était la langue principalement écrite maîtrisée par les érudits, les savants et les ecclésiastiques, opposée à la langue parlée vulgaire, le roman.



Au XIVe siècle, "perdre son latin" s'appliquait bizarrement aux oiseaux, incapables de parler le moindre langage, comme n'importe quel autre animal.

Au XVIe, la locution signifie aussi bien "renoncer à comprendre", montrant ainsi la difficulté de cette langue pour un Français, que "ne plus savoir que faire, ni que dire" et qui s'exprimait aussi sous la forme "être au bout de son latin".

Elle a également été utilisée aux XVIIIe et XIXe siècles pour dire "perdre son temps et sa peine, travailler inutilement à quelque chose".



Autant dire que ce latin, pourtant indispensable pour comprendre l'étymologie de beaucoup de nos mots, a toujours porté une connotation négative, probablement liée à sa difficulté d'apprentissage et au clivage qu'il matérialisait entre les érudits et les autres.
Exemple
« Alain Rey, le plus célèbre des linguistes, lance un pavé dans la mare en proposant dans son Petit Robert 2009 des mots écrits d’une manière différente de celle des autres dictionnaires. Son but : simplifier notre langue. De quoi en perdre son latin ! »
Le Parisien - Article du 27/09/2008
Ailleurs
Si vous souhaitez savoir comment on dit « Perdre son latin » en anglais, en espagnol, en portugais, en italien ou en allemand, cliquez ici
Ci-dessous vous trouverez des propositions de traduction soumises par notre communauté d’utilisateurs et non vérifiées par notre équipe. En étant enregistré, vous pourrez également en ajouter vous-même. En cas d’erreur, signalez-les nous dans le formulaire de contact.

Pays
Langue
Expression équivalente
Traduction littérale
Allemagne

Mit seinem Latein am Ende sein
Être au bout de son latin
États-Unis

To be unable to make heads or tails of something
Ne pas pouvoir dire à pile ou face
Angleterre

I can't make head nor tail about it.
Je ne peux faire ni tête ni queue à ce sujet.
Angleterre

It's double Dutch to me.
Pour moi, c'est du hollandais multiplié par deux.
États-Unis

It's all Greek to me
C'est du grec pour moi
Espagne

Perder el oremus
Perdre l'oremus
Espagne

No entender ni (la) jota
Ne même pas comprendre le j
Panama

No entender ni papa
Ne comprendre même pas la patate
Argentine

Estar en bolas
Être en boules
Canada (Québec)

Pour moi, c'est du chinois
C'est à ne rien comprendre
Italie

Non capire un cazzo
Ne pas comprendre une bitte (= Ne rien comprendre)
Belgique (Flandre) / Pays-Bas

nl

Met zijn mond vol tanden staan
Se trouver la bouche pleine de dents
Pays-Bas

nl

De draad kwijtraken
Perdre le fil (en tricotant)
Pays-Bas

nl

de kluts kwijtraken
Perdre trace du "kluts" (intraduisible) perdre la tête, perdre contrôle de soi-même.
Pays-Bas

nl

Dat is latijn voor mij
Ça c'est du latin pour moi
Belgique (Flandre)

nl

Aan het eind van zijn Latijn zijn
Être au bout de son latin
Brésil

Não entender bulhufas
N'y rien comprendre


[Source : www.expressio.fr]



Nenhum comentário:

Postar um comentário