sexta-feira, 31 de março de 2017

31 mars 1492, l’expulsion des Juifs d’Espagne


Écrit par Déborah Partouche 
Le samedi 31 mars 1492, la reine Isabelle de Castille et son mari Ferdinand d’Aragon signent un édit par lequel ils laissent aux Juifs d’Espagne jusqu’au 31 juillet pour se convertir ou quitter le pays :
« Nous avons décidé d’ordonner à tous les Juifs, hommes et femmes, de quitter nos royaumes et de ne jamais y retourner. A l’exception de ceux qui accepteront d’être baptisés, tous les autres devront quitter nos territoires à la date du 31 juillet 1492 et ne plus rentrer sous peine de mort et de confiscation de leurs biens. »
Plus d’une centaine de milliers de Juifs, sous la contrainte, s’exilent. Ils s’établissent dans les États musulmans d’Afrique du Nord, à Salonique, cité grecque sous souveraineté ottomane, ou dans les États du pape ou encore au Portugal voisin.
On estime qu’entre 50 et 100 mille Juifs sont entrés ainsi au Portugal. Il est possible que la communauté juive portugaise vînt alors à représenter entre 10% et 15% de la population du royaume. Cinq ans après, le roi dom Manuel allait faire quelque chose de bien plus grave que l’expulsion totale des Juifs : il les força à se convertir, et leur interdit, sous peine de mort, toute tentative de fuite.
Quelques marranes du Portugal s’installeront plus tard dans le Bordelais (parmi eux les ancêtres de l’écrivain Michel de Montaigne), d’autres en Hollande (parmi eux les ancêtres du philosophe Spinoza).
Ils restent connus sous le nom de «sépharades», mot qui désigne l’Espagne dans leur langue dérivée de l’hébreu, le ladino.
La tragédie s’est prolongée pendant trois siècles, jusqu’à la fin de l’Inquisition, le 5 juin 1869, par un article de la Constitution espagnole.

[Source : www.lemondejuif .info]

Nenhum comentário:

Postar um comentário