terça-feira, 30 de maio de 2017

Le luxembourgeois s’il vous plaît

Tandis que le CSV bloque une nouvelle constitution avant les prochaines législatives, l’ADR réclame deux modifications de la Constitution «urgentes et importantes» : les droits des animaux et le la langue nationale.

La nouvelle constitution n'est pas pour avant 2019, mais l'ADR réclame des modifications urgentes et importantes.
Écrit par François Aulner

Bien qu'il est d’avis qu’une nouvelle Constitution n’est pas nécessaire, l'ADR réclame ce mardi, des modifications ponctuelles du texte fondamental «aussi vite que possible», avec en premier lieu celle de l’article 29 sur la langue nationale. Le parti conservateur et identitaire propose le texte suivant: «La langue du Luxembourg est le luxembourgeois. La loi règle l’emploi des langues luxembourgeoise, française et allemande.»
Estimant que sous la pression de «nombreux luxembourgeois», le gouvernement libéral-social-écologiste ferait comme s'il souhaitait renforcer la langue luxembourgeoise, l’ADR estime que logiquement, rien ne devrait s’opposer à sa proposition.
Et les animaux
La deuxième modification «urgente et importante» que réclame l’ADR est celle concernant les droits des animaux. Le parti qui compte trois députés au parlement estime une fois de plus qu’il existe un «consensus dans la population». Le parti propose que l’article 11 soit complété par : «Il reconnaît aux animaux le statut d’êtres vivants doués de sensibilité et veille à protéger leur dignité et leur bien-être».
L’ADR met donc la pression pour que les partis gouvernementaux et le CSV, qui tous affichent leur soutien aux droits des animaux et à la langue luxembourgeoise, pour joindre le geste à la parole. En mettant la pression, l’ADR entend également, quelques mois avant les communales et un peu plus d'un an avant les législatives, revendiquer les deux thèmes.
Instrumentalisation constitutionnelle?
La nouvelle constitution, que le gouvernement Bettel-Schneider-Braz souhaitait adopter par voie référendaire pendant cette législature, ne verra pas le jour avant 2019, car le CSV, dont les voix sont nécessaires pour une modification de la Constitution, s'y oppose. Par crainte notamment d'une trop grande difficulté à adopter des lois connexes en peu de temps mais aussi par défiance quant à une instrumentalisation électorale d'une modernisation de la Constitution. Particulièrement pour les élections communales d'octobre 2017 et les législatives d'octobre 2018. Force est de constater que tel sera le cas.




[Photo: Maison moderne / archives - source : www.paperjam.lu]

Nenhum comentário:

Postar um comentário