terça-feira, 7 de fevereiro de 2017

Le procès de l’ex-président de la Catalogne remobilise les indépendantistes

Artur Mas est accusé d’avoir organisé en 2014 une consultation considérée comme « illégale » sur l’indépendance de la région.

Des indépendantistes catalans venus soutenir Artur Mas
devant le palais de justice de Barcelone, le 6 février. 

Écrit par
 
Sur le passeig de Lluis Companys, devant le palais de justice de Barcelone, des milliers de personnes l’attendaient, lundi 6 février au petit matin, esteladas – drapeaux indépendantistes catalans – au vent et pancartes à la main, souvent rédigées en anglais : « Les tribunaux espagnols jugent des urnes », « La démocratie n’est pas un crime » ou encore « Aujourd’hui nous sommes tous jugés ».
L’ex-président de la Catalogne (2010-2016) Artur Mas, 61 ans, jugé pour désobéissance avec deux de ses ex-ministres régionaux, arrive en début de matinée devant le tribunal, au premier jour de son procès. Entouré de son successeur à la tête du gouvernement régional, Carles Puigdemont, et de la présidente du Parlement catalan, Carme Forcadell, il est suivi d’une cohorte de ministres régionaux et de députés catalans. Accusé d’avoir organisé, le 9 novembre 2014, une consultation populaire illégale sur l’indépendance, Artur Mas risque dix ans d’interdiction d’exercer une fonction publique et d’occuper un mandat électif.

« Vous n’êtes pas seul », lui crie la foule. « Indépendance », lance-t-elle ensuite. Dans les haut-parleurs installés sur la grande avenue, un animateur entonne l’hymne catalan, Els Segadors, repris solennellement par les manifestants. Sur plusieurs plates-formes surélevées, des dizaines de journalistes suivent ce semblant de procession.

Artur Mas, avec à sa droite ses deux co-accusées Joana Ortega et Irene Rigau, en chemin vers le tribunal, à Barcelone, le 6 février.
Artur Mas, avec à sa droite ses deux co-accusées Joana Ortega et Irene Rigau,
en chemin vers le tribunal, à Barcelone, le 6 février. 

« Une grande injustice, beaucoup d’émotion »

Pour soutenir Artur Mas, la puissante Assemblée nationale catalane (ANC) avait créé un site Internet, sur lequel se sont inscrites près de 40 000 personnes, et affrété une centaine d’autobus. L’association, profondément ancrée dans toute la région et rompue aux grandes manifestations annuelles en faveur de l’indépendance, est l’un des principaux instruments du gouvernement catalan pour mobiliser la rue. Aux journalistes, un plan a même été distribué indiquant le parcours d’Artur Mas, y compris les arrêts pour saluer les élus et prendre la photo sous l’arc de triomphe. De quoi recharger les batteries du mouvement indépendantiste, essoufflé par cinq ans de mobilisation infructueuse et lassé par l’opposition ferme de Madrid à l’organisation d’un référendum sur l’indépendance.

« Je ressens une grande injustice mais aussi beaucoup d’émotion », affirme Ada Ferrer, chercheuse en économie, les yeux humides. La jeune femme a posé une journée de congé pour être présente : « En voyant tout ce monde réuni, je me dis que nous n’allons pas nous rendre et que nous finirons par voter. » Plus loin, Enric de Agostino, un retraité qui avait tenu un bureau de vote le 9 novembre 2014 à Sant Quirze del Vallès, dans la grande banlieue de Barcelone, dénonce un procès « intolérable ». « J’ai voulu m’auto-inculper mais la justice a refusé de me juger, dit-il. Nous ne nous arrêterons pas là. Bientôt nous serons une république indépendante. »

A Madrid, la mise en scène indépendantiste n’a pas été du goût du gouvernement. « Ils ont organisé ce petit numéro pour transmettre aux citoyens l’idée que c’est un procès politique. Mais ça ne l’est pas, a critiqué le ministre de la justice, Rafael Catala. La démocratie consiste à respecter les lois. »

Répondre à la « clameur de la rue »

Devant les juges, l’ancien président catalan refuse de répondre aux questions de l’accusation et se dit innocent. La veille, lors d’une comparution publique, il avait dénoncé un « procès sans socle légal » et un « montage politique », avant de conclure un discours aux accents épiques : « Ils [le gouvernement] nous voulaient agenouillés et ils nous trouveront debout. »

Au tribunal, Artur Mas dit qu’il n’avait « aucune volonté de commettre un délit ou de désobéir » en permettant à plus de 2,3 millions de Catalans de voter dans des écoles et des gymnases, malgré la suspension dictée cinq jours plus tôt par la Cour constitutionnelle, saisie par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy. Le oui à l’indépendance avait emporté 80,7 % des suffrages. Confronté à la fois à l’obligation de « se plier à la résolution de la Cour constitutionnelle » et à un « devoir majeur », celui d’obéir à un « mandat parlementaire » et à une « clameur de la rue », il a expliqué avoir eu l’idée de transformer la consultation en « journée de participation » qui ne fut pas, selon lui, « directement organisée par le gouvernement », mais par « 42 000 volontaires ».

Mais, pour l’accusation, la maintenance du site Internet, la publicité institutionnelle, l’installation d’un centre de presse et son apparition publique pour commenter les résultats tendent à indiquer que le gouvernement catalan était l’organisateur réel de la consultation.

Pour Madrid, le procès est une façon d’avertir les élus catalans des conséquences de leurs actes. « Le respect de la loi est la première obligation des gouvernements », a tranché la vice-présidente du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria. Car les indépendantistes, forts d’une majorité de députés au Parlement régional, entendent à présent organiser, avant septembre, un véritable référendum d’autodétermination. En cas de victoire du oui, ils comptent déclarer l’indépendance.

« Le choc n’est plus évitable »

Le gouvernement de Madrid est prêt à utiliser « tous les moyens dont il dispose » pour l’empêcher, quitte à suspendre partiellement l’autonomie de la Catalogne ou à faire fermer les bureaux de vote par la police« Le choc entre le gouvernement catalan et espagnol n’est plus évitable, estime le politologue Josep Ramoneda. Le référendum sera convoqué, à un moment ou à un autre et d’une manière ou d’une autre, et cette fois Rajoy ne pourra pas le laisser se faire. Or il devra sans doute prendre des mesures répressives fortes s’il veut l’empêcher. »

Devant le palais de justice, le numéro deux du gouvernement catalan, Oriol Junqueras, de la Gauche républicaine indépendantiste, assure que les indépendantistes feront « tout ce qui est entre [leurs] mains pour exercer [leurs] droits démocratiques ». A moins que tout « se termine par de nouvelles élections », comme l’augure le journaliste Guillem Martinez, auteur d’un essai sur la question catalane au titre évocateur : La Grande Illusion.



[Photos :  JOSEP LAGO / AFP  - source : www.lemonde.fr] 

Nenhum comentário:

Postar um comentário