quinta-feira, 6 de dezembro de 2012

Fuleco, Brazuca, Cafusa, … qu'en pensent les Brésiliens ?

Qu’il s’agisse de la représentation de la mascotte ou des noms attribués aux symboles des Coupes 2013 et 2014, les Brésiliens se lamentent du manque de créativité, voire des erreurs. Mais c’est toujours avec humour qu’ils rebondissent !


 "Et moi alors, je revendique contre Brazuca"

Fuleco, de la colère à la dérision
Entre Zuzeco (contraction de « azul », bleu et écologie) et Amjubi (« amizade », amitié et « jubilo », joie), les internautes ont choisi Fuleco pour baptiser la mascotte officielle de la Coupe du Monde 2014, le tatou à trois bandes.
Soucieux de donner une répercussion environnementale à ces jeux, la FIFA explique que « le nom Fuleco symbolise la manière avec laquelle la Coupe du Monde de la FIFA™ peut allier football et écologie et encourager les populations à se comporter de manière responsable vis-à-vis de notre planète ».
Donc vous l’aurez compris, Fuleco est la contraction de « futebal -football » et « ecologia-écologie », ce qui aurait dû donner Futeco et les choses auraient été autrement.
Être responsable et encourager l’écologie, oui. Mais pour la sixième puissance, porter au niveau mondial l'image d'un pays pas sérieux, voire associée à un « postérieur » (pour être poli), les Brésiliens n’ont pas du tout apprécié.
« Fuleco est un nom horrible. Nous commençons bien mal nos engagements d’un pays hôte de la Coupe. Vive le mauvais goût », écrit une internaute.
Pourquoi un tel tollé ? Tous les ingrédients se trouvent dans le mot Fuleco. D’abord l’association à « Fuleiro », qui signifie peu fiable, médiocre. Ensuite le suffixe « eco » qui, associé à un mot, renforce son caractère péjoratif, par exemple « jornaleco », voire « timeco » (une sélection de football médiocre). Enfin Fuleco, dans le jargon populaire veut tout simplement dire « cul ».
Dès le mois de septembre, Fuleco, avait provoqué la colère des internautes et supporters brésiliens. Pour tenter de sauver la fierté nationale, le journaliste carioca Elis Monteiro avait même lancé une pétition sur internet afin qu’une quatrième option soit proposée, Tatu Bola (le tatou à trois bandes devenu la mascotte de la Coupe), alternative rejetée par la FIFA pour des questions juridiques.
Campagne pour changer "Fuleco" par "Tatu Bola" ! un nom brésilien ! 130 millions de partages
Reproduction
Dans un pays reconnu pour sa très grande créativité, on peut se demander pourquoi le jury n’avait pas anticipé de telles retombées négatives ?
« Le choix du nom Fuleco pour désigner la mascotte de la Coupe du Monde ne fait pas honneur à l’ingéniosité d’un peuple capable de créations bien plus imaginatives », écrit le journaliste Humberto Werneck de l’Estadão de São Paulo.
Mais au Brésil, on sait rebondir avec humour et Fuleco, dont l’expression était quasiment inconnue il y a quelques mois, commence déjà à innonder la toile avec des blagues cette fois-ci bien plus créatives.
Pourquoi tu es triste Tatu. Peuh, mal-né je souffre déjà de harcèlement
Dum
Le Tatu Bola, une belle idée, un graphisme décevant
Louons l’initiative de l’ONG Caatinga, qui a eu l’idée de proposer le tatou à trois bandes aux membres de la FIFA. Appelé Tatu Bola en portugais, cet animal se met en boule, à l’image d’un ballon, quand il se sent menacé.
«Préservation et football », on ne pouvait trouver meilleur symbole pour encourager un comportement civique à l'égard de la nature, dans un pays où le football est une religion. Et applaudir le premier but marqué par la FIFA pour la préservation d’une espèce menacée de disparition dans les 50 années à venir.
Le seul hic est sa traduction graphique. Là encore, l’absence d’imagination et de créativité sont pointés du doigt par Giancarlo Lepiani journaliste du « Blog da Copa » dans Veja.

Il compare le Tatou Bola à son voisin le léopard Zakumi, mascotte de la Coupe 2010 : ils ont la même attitude, portent le même short vert, le même tee-shirt de couleur blanche sur lequel vous remplacez l’inscription « south africa 2010 » par « Brasil 2014 ». « La différence c'est que le tracé du symbolique sud-africain est plus élégant », conclut-il.
La mascotte "Zakumi" de la Coupe du Monde 2010
FIFA
                                          
Brazuca et Cafusa, une confusion de lettres qui irrite les linguistes
C’est la première fois dans l’histoire de la Coupe du Monde que le nom du ballon est choisi par les internautes. A Bossa Nova et Carnavalesca, 77,8% des votants ont préféré Brazuca. Le ballon au design vert et jaune sur fond blanc, fera son entrée officielle sur la pelouse du stade des Corinthians à São Paulo, le 12 juin 2014.
Pourquoi avec un « z », s’interrogent les puristes de la langue portugaise quand on sait que Brasuca, qui désigne « le Brésilien » vient de Brasil et donc s’écrit avec un « s » ? Et pourquoi Cafusa avec un « s », alors que Cafuza désigne celui qui est issu du métissage entre un Indien et un Brésilien d’origine africaine ? Parce que Cafusa, le ballon de la Coupe des Confédérations 2013, est l'association entre CArnaval, FUtebal et SAmba.
Brasuca ? non, Brazuca ! Cafuza ? non Cafusa ! Quand, pour les besoins du sport, on détourne l'orthographe et le sens de mots ancrés dans la langue nationale on ne peut s'attendre qu'à une belle confusion et pas seulement sur les bancs des écoles !
                                                              Reproduction
La Coupe, c’est pour… le Brésil !?
C’est à l’agence Africa que l’on doit le design de l’emblème officiel de la Coupe du Monde 2014, trois mains dressées aux couleurs du Brésil (jaune et vert), qui portent le ballon, à l’image de celles, victorieuses, qui ont tenu le trophée à bout de bras, lors des précédentes Coupes.
Logo de la Coupe du Monde 2014
FIFA
« La victoire et l'union sont les deux éléments émotionnels clés représentés par les mains, qui rappellent sans équivoque les couleurs du drapeau brésilien. », explique la FIFA sur son site.
Il fallait l’œil inquisiteur de Reinaldo Azevedo, analyste politique dans Veja, pour voir dans ce logo un « nationalisme arrogant » qui place le trophée de la Coupe du Monde 2014 entre les mains du Brésil avant l’heure !
« Tatu bom de bola », le rythme de la samba et la passion du football
Écrite et composée par le sambiste Arlindo Cruz, en partenariat avec Rogê et Arlindo Neto, « Tatu bom da bola » est la chanson officielle de la mascotte Fuleco. Bien qu’ayant des airs très cariocas, elle évoque avant tout, pour Arlindo Cruz, « la samba, le soleil, la chaleur, le football et la joie qui sont des caractéritiques bien brésiliennes et sans connotations régionales ».
Tatu Bom da bola  que vous pouvez télécharger sur votre portable
Sai da toca vem tatu toca na bola
Futebol é uma escola
Mundo inteiro quer jogar
Brasileiro de primeiro de janeiro
Um moleque tão ligeiro,
Tão difícil de marcar
Ele brinca na pelada, no bobinho
Show de bola lá no baba
Arrebenta no rachão
Balança pra lá, balança pra cá
Explode nosso coração
Balança pra lá, balança pra cá
Em cada comemoração
Só faz gol de placa
É a sensação
Tatu bom de bola
Ele é campeão
C’est en musique, ciment de la culture brésilienne, sur fond de percussions et ukulêlê, que nous terminons cette revue des symboles des Coupes. Et, comme le rappelle aujourd’hui le journaliste Sergio Rodrigues, de Veja, « c’est maintenant le moment de nous unir » pour conduire la sélection brésilienne à la victoire. Vamos là juntos !

Écrit par Solange Orssaud


[Source : bresil.aujourdhuilemonde.com] 



Nenhum comentário:

Postar um comentário