domingo, 2 de julho de 2017

« Le fruit des Dieux : la grenade pourpre », de Marcus Fischötter



Arte rediffusera le 2 juillet 2017 dans le cadre de la série Le jardin d’Eden (Garten Eden) « Le fruit des Dieux : la grenade pourpre » (Liebesfrucht der Götter: Der Granatapfel), documentaire de Marcus Fischötter. Un fruit biblique.

Fruit du grenadier, la grenade. Lovées dans des loges, des graines triangulaires couleur rubis ou arilles sont comestibles. Un cocktail de vitamines. Un concentré de bienfaits - polyphénols - pour la santé.

La récolte des grenades a lieu à l’automne, de septembre à décembre.

A l’âge du Bronze, la grenade est introduite dans le bassin méditerranéen.

De nombreuses religions évoquent la grenade.

Avec la datte et olivier, la grenade s’avère le fruit le plus cité dans Bible hébraïque.

Le grenadier est une des sept arbres fruitiers, céréales et produits du pays de Canaan, Terre Promise d’Israël, cités dans Deutéronome 8- 7/8 : « Car l’Éternel ton Dieu va te faire entrer dans un bon pays, pays de cours d’eau, de sources et de lacs, qui jaillissent dans les vallées et dans les montagnes, pays de froment, d’orge, de vignes, de figuiers et de grenadiers ; pays d’oliviers et de miel ».
L’Exode 28, verset 33, mentionne la grenade (rimon, en hébreu) comme élément décorant l’ephod, vêtement de cérémonie, du grand prêtre (Exode 28, 31-34).

Premier roi d’Israël, Saul a vécu sous un grenadier (1S 14, 2).

Dans le Cantique des Cantiques du roi Salomon, la beauté féminine est évoquée par le mot grenade (Ct 4,3.13 ; 6,7). Deux rangées de grenades (1R 7, 18) décoraient les chapiteaux des deux colonnes en minerais, dénommées Jakin et Boaz, devant le temple de Salomon à Jérusalem (Premier livre des Rois 7,13-22).

Sur la table des repas de Roch HaChana (Nouvel an) et Tou Bichvat (nouvel an des arbres), est placée une grenade.

Selon des rabbins, la grenade aurait 613 graines, soit le nombre de mitzvot, ou commandements divins, inscrits dans le Pentateuque ou Torah et que doivent respecter les juifs.
La peau et le jus de grenade ont été utilisés pour teindre des tapis d’Orient.

Dotée d’une couleur dont l’intensité se renforce à la cuisson, la grenade symbolise la vie, la fertilité, la puissance, le sang, la mort et la sexualité. Une métaphore de la fécondité et de l’unité du peuple juif, dont les membres sont unis aussi étroitement que les graines de la grenade.

Sur le registre politique : les armoiries de la ville de Grenade et de l’Espagne incluent la grenade.
Espagne, Tunisie, Turquie, Maroc, Égypte, Israël, Iran, Inde, Afghanistan, États-Unis, Mexique, Chine, Japon… Tels sont les principaux producteurs de grenade. Parmi les pays exportateurs majeurs : l’Espagne, la Turquie et Israël.

La série documentaire Le jardin d’Eden dresse, en quatre volets, le « portrait de passionnés qui s’engagent pour la préservation d’espèces anciennes de fruits et légumes ». 

« Près de la ville d’Elche, dans le sud-est de l’Espagne, des centaines d’exploitations se consacrent à la production de la grenade ».

« Cela fait près de quarante ans que Trino y cultive ce fruit précieux aux multiples bienfaits, symbole d’amour, de fécondité et d’éternelle jeunesse ». 

« Nous le suivons au cours de la récolte de la variété mollar, qui se déroule de fin septembre à début novembre ».

« Compte tenu de la fragilité des grenades, la cueillette se fait à la main et requiert beaucoup de délicatesse ».

« Le fruit des Dieux : la grenade pourpre », de Marcus Fischötter
Allemagne, 2017, 26 min
Sur Arte les 24 juin 2017 à 18 h 20 et 2 juillet 2017 à 17 h 35

Visuels 
© Axel Thiede
Zur ARTE-Sendung Garten Eden (4/4) (4): Liebesfrucht der Götter: Der Granatapfel 2020889: Liebesfrucht der Götter, Symbol für Fruchtbarkeit und Schönheit, Quell ewiger Jugend – um kaum eine andere Pflanze ranken sich so viele Mythen und Legenden wie um den Granatapfel. © Axel Thiede Foto: ZDF Honorarfreie Verwendung nur im Zusammenhang mit genannter Sendung und bei folgender Nennung "Bild: Sendeanstalt/Copyright". Andere Verwendungen nur nach vorheriger Absprache: ARTE-Bildredaktion, Silke Wölk


[Source : www.veroniquechemla.info]

Nenhum comentário:

Postar um comentário