quarta-feira, 28 de junho de 2017

Wordbee séduit Air France KLM

L’entreprise luxembourgeoise, qui n’aime plus être qualifiée de start-up, a été choisie la semaine dernière par le groupe Air France KLM pour gérer l’activité de traduction sur l’ensemble de ses sites web. 

Wordbee affiche plus de 300 clients dans une cinquantaine de pays et « surfe sur
une croissance annuelle de 35% », selon ses dirigeants.

Écrit par Jonas Mercier 

Il s'agit d'une responsabilité immense pour Wordbee, qui devra désormais gérer la traduction des 90 sites web d'Air France, qui opèrent dans 21 langues différentes et ont totalisé l’année dernière quelque 380 millions de visites. Et le tableau est à peu près identique chez KLM.

Cette belle prise ne doit rien au hasard. L’entreprise luxembourgeoise se positionne en effet depuis quelques années comme l’un des leaders mondiaux sur ce secteur.
« Nous espérons une réduction significative de nos coûts de localisation. »
Jérémy Henry, directeur des contenus digitaux d’Air France

Ce travail titanesque lui prendra toutefois six mois de préparation et de configuration. Car Wordbee ne développe pas un système de traduction automatique, comme Google Translate, mais propose un logiciel de gestion des processus de traduction, qui permet notamment une meilleure maîtrise des coût, ainsi qu’un outil d’aide à la traduction, qui se base sur un système de mémorisation des traductions existantes.
« Nous avons choisi Wordbee pour sa simplicité d’utilisation et la qualité de sa technologie d’aide à la traduction, mais aussi pour la proximité et la qualité de l’accompagnement de ses équipes », a indiqué dans un communiqué Jérémy Henry, le directeur des contenus digitaux d’Air France. « Les gains attendus sont très importants et nous espérons une réduction significative de nos coûts de localisation. »

Passage par le Technoport

Wordbee embauche aujourd’hui 17 personnes au Luxembourg et travaille avec six développeurs et commerciaux à l’étranger, notamment en Grèce et aux États-Unis. La société affiche plus de 300 clients dans une cinquantaine de pays et « surfe sur une croissance annuelle de 35% », selon ses dirigeants.
« Nous sommes les seuls à proposer une solution ‘tout en un’, c’est-à-dire la gestion de projets et les outils d’aide à la traduction, ainsi qu’une interface pour se connecter à des CMS/DMS pour leur localisation », indique José Vega, qui table sur une augmentation du nombre de clients de 50% pour les trois années à venir.
Des ambitions décomplexées pour cette petite entreprise qui a fait ses gammes au Technoport. Créée en mars 2008 par le Français José Vega et l’Autrichien Stephan Böhmig, Wordbee a fait partie des start-up à suivre du Luxembourg. En 2011, elle avait été primée au Cebit d’Hanovre. Au Luxembourg, elle travaille notamment avec le Service information et presse (SIP) du gouvernement.
Le marché de la traduction qu’elle chasse désormais est évalué à plus de 35 milliards de dollars, avec une croissance annuelle entre 15% et 25%. Autant dire que Wordbee entre dans une nouvelle dimension avec ce contrat décroché auprès des compagnies aériennes.

[Photo: Licence C.C. - source : www.paperjam.lu

Nenhum comentário:

Postar um comentário