terça-feira, 27 de junho de 2017

La victoire d'une octogénaire contre El Al et les hommes en noir

Un tribunal de Jérusalem vient d’interdire au personnel de la compagnie El Al de demander aux femmes assises à bord de changer de place pour satisfaire les demandes d’autres passagers juifs ultra-orthodoxes.


Écrit par Nathalie Hamou
Quel est le point commun entre Gal Gadot, l’interprète de « Wonder Woman », et Renee Rabinowitz, une octogénaire israélienne et survivante de la Shoah ? « Comme Gal Gadot, Renee est dotée de supers pouvoir », a fait valoir avec humour, dans les colonnes du New York Times, Anat Hoffman, la directrice Centre d'action religieuse d'Israël (IRAC), au lendemain d’une décision de justice historique.
Ce mercredi 21 juin 2017, un tribunal de Jérusalem a ordonné à la compagnie aérienne israélienne El Al de ne plus céder aux demandes des passagers juifs ultra-orthodoxes de ne pas être assis à côté de femmes, de peur d'être exposés à un contact physique. La Justice a ainsi donné raison à l’IRAC, qui avait intenté ce procès suite à la plainte de Renee Rabinowitz.
Cette rescapée de l’Holocauste, aujourd’hui âgée de 83 ans, avait poursuivi El Al pour discrimination en décembre 2015, après qu'un steward lui eut demandé de changer de siège sur un vol New York – Tel-Aviv à la demande d'un Juif ultra-orthodoxe à côté duquel elle devait prendre place. Renee Rabinowitz avait alors refusé de quitter son siège.
Une discrimination punie par la loi
« En aucun cas, un membre d'équipage ne peut demander à un passager de quitter son siège désigné parce que le passager à ses côtés ne souhaiterait pas s'asseoir à côté de lui en raison de son sexe », a affirmé dans sa décision la juge du tribunal de Jérusalem, Dana Cohen-Lekah. « Cette politique est une transgression directe de la loi réprimant les discriminations ».
Renee Rabinowitz, dont la famille a fui l'occupation nazie en 1941, et qui a reçu une éducation orthodoxe à New York, avant de s’installer à Jérusalem, rendait visite à sa famille aux États-Unis. Dans la foulée de sa mésaventure sur le vol d’El Al, elle avait fait part de son expérience à Anat Hoffman, qui œuvre pour la reconnaissance et la défense du judaïsme réformé en Israël, et s'est constitué partie civile dans le procès. Une activiste connue par ailleurs pour son combat au sein de l’organisation Les Femmes du Mur (« Women of the Wall), pour la création d’un espace de prière égalitaire au Mur des Lamentations.
La compagnie El Al a soutenu devant les tribunaux qu'elle s'opposait à toute forme de discrimination contre les passagers et que les stewards et les hôtesses « sont en première ligne pour servir la grande variété de passagers » qui voyagent sur ses avions.
L'avocat de l'IRAC avait demandé qu'El Al verse à Renee Rabinowitz un dédommagement de 50.000 shekels (11.700 €), arguant qu'elle s’était sentie humiliée. La compagnie, de son côté, lui avait offert une réduction de 200 dollars sur son prochain vol, ajoutant que le steward lui avait signifié qu'elle n'était pas obligée de changer de siège.
Dans la décision de ce 21 juin, Renee Rabinowitz a finalement reçu un dédommagement de 6.500 shekels (1.620 €). « Je suis ravie parce que la juge a compris le problème. Elle a compris que ce n'était pas une affaire d'argent (...) et qu’El Al devait changer sa politique ». Selon le verdict, la compagnie aérienne devra mener d’ici six mois une campagne à l’adresse de ses employés sur le sujet.
[Source : www.cclj.be]

Nenhum comentário:

Postar um comentário