quarta-feira, 5 de abril de 2017

United States of Love : l’époque enflammée de la Pologne des 90’s

United States of Love, film polonais réalisé par Tomasz Wasilewski raconte l’histoire de quatre figures féminines des années 90 qui cherchent le bonheur pendant la transition du pays. Critique. 



AUTEURE : Karolina Golimowska l
TRADUCTEUR : K. Marie

La Pologne des années 90, c’est le passage des vestiges staliniens au capitalisme grandissant. Un mélange de « socialisme » contraint et de capitalisme rebelle qui aspire à la liberté. Un capitalisme qui, se sentant alors menacé, rebroussait chemin pour batifoler derrière les façades en béton des immeubles gris préfabriqués.

Le film de Tomasz Wasilewski, Zjednoczone Stany Miłości -  (United States of Love), se passe déroule dans une petite ville de banlieue indéfinie, sortie de nulle part. Il s’agit en fait d’une reproduction factice à petite échelle de ce qui se faisait à l'époque en termes de constructions idéologiques destiné aux hommes du socialisme. Cette ville, construite près d'une usine, offre à ses habitants tout ce dont ils ont besoin : une école, un hôpital, une piscine, un cimetière ou encore une tanière improvisée en église, toujours pleine à craquer le dimanche.





Lorsque Lech Wałęsa saute en 1980 par-dessus la clôture du chantier naval de Dantzig (Gdansk) ou pendant la chute du mur de Berlin, beaucoup de choses ont changé. D’autres sont restées immuables – il y a aujourd’hui un club d'aérobic à cet endroit et une petite vidéothèque tenue par Agatha, l'un des personnages principaux (Julia Kijowska). À l'école, les cours de russe sont remplacés par des cours d'anglais. Tout paraît très instable, les valeurs se transforment en l'espace d'une nuit. Et tout cela se passe incroyablement vite. 

Le registre absurde s’y prête volontiers, la subtilité du cinéma polonais étant imprégnée par le trait d’esprit. Mais c’est un film qui parle avant tout de rêves, de vodka et d’amour. 

Justement, en parlant d’amour, sa place est centrale. Omniprésent, il est inconditionnel et dangereux. D'un certain point de vue, il est comme le capitalisme polonais des années 90 ou comme le dictateur puéril qui affecte les personnages féminins charismatiques de l’histoire. Il les humilie, les censure mais leur procure une force irrésistible. Celle de se venger. 

United States of Love dresse un portrait émouvant de quatre femmes à la recherche du bonheur. Peu importe la manière. Toute la force de l’œuvre réside dans le parti pris du réalisateur, à travers ses nuances colorées et complexes. Celui qui se demande pourquoi tout est toujours si gris dans ce film n'a clairement pas saisi le sens de l’œuvre.


[Photo: Oleg Mutu - source : www.cafebabel.fr]

Nenhum comentário:

Postar um comentário