quinta-feira, 6 de julho de 2017

Gaston Miron, sur un air de rock prog !


Écrit par Arnaud Galy
Assister à un filage est une expérience parfois dérangeante. Je sens bien que tous les rouages ne sont pas encore à leur juste place, que les musiciens sont tendus, que les regards sont chargés d’interrogations. J’ai l’impression d’être un voyeur observant sans vergogne l’intimité d’une tribu de potes. Pourtant, nul malaise. Roland, Sophie, Sol et les autres sont bien dans leur élément. Roland, droit comme un i majuscule derrière sa batterie est aussi le chef d’orchestre initiateur du projet ; Sophie porte sur ses frêles épaules le poids de la diction, de l’interprétation qui claque parfois comme un fouet ; Sol, comment dire, c’est Sol, le garçon le plus cool que la terre ait porté et qui, guitare en main, est un diable sorti de sa boite. Le seul type que je connaisse qui gloutonnise son instrument, s’en empare, le triture, le tripote, l’absorbe. Sol n’a pas une guitare, il est la guitare. Un jour, j’écrirai sur toi, Sol, juste sur toi. Mais, là, tu dois laisser un peu de place à tes petits camarades. Surtout, au grand absent physique, mais tellement présent. Gaston Miron, Le poète du Québec. Gaston Miron, l’intellectuel à grosses lunettes et au pull moulant comme les années 70 en ont tant donnés. La France avait René Dumont, écologiste avant les autres, et le Québec avait Gaston Miron. Grâce à Roland, la poésie du grand homme revient en France. Oubliée ? Sans doute. Désuète ? Certains le disent. Puissante ? Comment le nier ?
Roland, le Québec, ça vous parle ? Je suis un amoureux du Québec, j’ai souvent joué là-bas. J’aime autant l’étendue des paysages que le civisme des gens, leur gentillesse... Des villages de Gaspésie à l’immense métropole qu’est Montréal, j’y suis bienD’où vient l’idée de jouer Gaston Miron ? Un jour j’étais à un vide-grenier, rue Ste-Catherine, et j’ai entendu une chanson. Un texte « terrible ». Je me suis renseigné et j’ai appris que le chanteur, Louis Jean Cormier, avait repris les textes d’un poète... Gaston Miron. Je ne suis pas particulièrement attiré par la poésie. Là, je suis tombé sur une poésie simple, mais revendicative, ouverte sur les grands espaces, sur l’Homme... sur l’existence, le silence du pays. Je me suis procuré les poèmes, pas très nombreux, et j’ai tout de suite su que je voulais me lancer dans cette aventure. Une aventure qui sonne comme du rock progressif. Oui, la poésie de Miron est parfaite pour cette musique. Elle porte en elle la douceur autant que la virgule assassine. La musique « underground » portée par Sol est aussi contenue dans cette poésie... Qu’entendez-vous dans les mots du poète ? J’entends le respect. Respect des Indiens, de la Vie, de la Terre, des Animaux, des Paysages... Miron était aussi engagé politiquement. Oui, mais ce nationalisme québécois n’est pas mon histoire. Je suis plus attentif aux rapports humains, au rapport à la terre qu’il exprime. Gaston Miron n’est pas un poète prolifique, il a peu été édité, il a beaucoup jeté et ce qui reste est épuré contrairement à la poésie québécoise d’aujourd’hui qui est plutôt trash ! Lui c’est un cri, un cri épuré. Quelles perspectives pour le spectacle ? C’est un format court, de 45 minutes, qui sera joué de temps en temps au gré des occasions. Nous commencerons en France par les villes jumelées au Québec. Pourquoi pas aller jouer là-bas, mais cela est très compliqué d’organiser une tournée au Québec. Il y a des obligations qui alourdissent et freinent. Presque tout le spectacle sera mis en ligne, morceau par morceau. Il sera donc accessible au plus grand nombre.
Ci-dessous, le premier extrait en ligne. D’autres à suivre...

Direction artistique : Roland Bourbon
Lecture : Sophie Robin
Batterie : Roland Bourbon
Claviers : Frédérick Cazaux
Guitare : Sol Hess
Son : Bertrand Amable
Lumière : Christophe Turpault

JPEG - 127.4 ko
Roland Bourbon


[Source : www.agora-francophone.org]

Nenhum comentário:

Postar um comentário